Tirage de carte au téléphone

Tirage de carte au téléphone
Votre avis compte

La lecture des cartes implique toujours une responsabilité, tant pour ceux qui bénéficient de cette analyse que pour ceux qui étudient activement l’avenir. La frontière est évidemment dans le bon sens et surtout dans le fait d’admettre ses erreurs. L’infaillibilité n’existe pour personne et cela nous rend toujours partiellement vulnérables. Le fameux libre arbitre, assure que la liberté de choix reste toujours à ceux qui cherchent des conseils du Tarot. Les Arcanes indiquent un chemin déjà tracé par qui se trouve à l’intérieur d’un dilemme ou d’un problème et développent un potentiel intrinsèque au sujet, qui s’il persiste avec un tel comportement, aura un certain développement qui ne pourra changer que selon ses choix concrets. L’attitude mentale avec laquelle vous traitez les problèmes est cruciale pour admettre et reconnaître vos erreurs. L’avenir sera déterminé par ces éléments de conscience qui, s’ils sont niés, donneront continuellement les mêmes problèmes de non-réalisation. La carte la plus emblématique en ce sens est Le Pendu : ce qui indique un état de blocage, d’empêchement, qui dépend souvent du sujet lui-même. Le dépassement de cette étape de stagnation sera détecté par le « Mat », indiquant un nouveau commencement de l’esprit et de la vie. Cette étape importante sera le résultat d’une forte maturation intérieure, mise en évidence par ceux qui peuvent capturer avec le Tarot, ces délicates nuances émotionnelles.

Lancez votre séance de voyance maintenant !

La littérature théosophique nous prouve constamment que toutes ces capacités supérieures devraient bientôt devenir la propriété de toute l’humanité, que la capacité de clairvoyance, par exemple, est potentiellement en chacun, et que ceux dans lesquels elle se manifeste déjà, sont simplement un peu en avance sur nous à cet égard. Cette affirmation est tout à fait correcte, mais elle semble à la fois vague et infondée à la plupart des gens, simplement parce qu’ils considèrent cette capacité comme quelque chose de complètement différent de ce qu’ils ont connu jusqu’à présent, et qu’ils sont tout à fait sûrs d’être eux-mêmes au moins loin de son développement.

Il nous sera peut-être plus facile de dissiper ce sentiment d’irréalité si nous essayons de comprendre que la clairvoyance, comme beaucoup d’autres phénomènes naturels, est principalement une question de vibration, et ne représente en fait qu’un développement plus large des forces que nous utilisons tous quotidiennement pendant toute notre vie. Nous vivons tous entourés d’une vaste mer d’air et d’air, ce dernier pénétrant le premier, comme toute matière physique ; et principalement en raison des vibrations dans cette vaste mer de matière, les impressions viennent de l’extérieur vers nous. Nous le savons tous, mais peut-être que beaucoup d’entre nous n’ont jamais pensé que le nombre de vibrations auxquelles nous sommes capables de répondre est infiniment petit.

Parmi les vibrations extrêmement rapides qui affectent l’éther, il y en a un petit nombre – un très petit nombre – auxquelles la suite de l’œil humain est capable de répondre, et ces vibrations spéciales provoquent en nous un sentiment que nous appelons lumière. En d’autres termes, nous ne pouvons voir que les objets d’où cette lumière spéciale peut émaner ou se refléter.

De même, le tympan de l’oreille humaine est capable de répondre à un très petit nombre de vibrations relativement lentes, assez lentes pour affecter l’air qui nous entoure ; nous ne pouvons donc entendre que les sons produits par des objets capables de vibrer à une certaine vitesse dans cette zone spéciale.

Dans les deux cas, la science sait très bien qu’il y a un grand nombre de vibrations au-dessus et au-dessous de ces deux groupes, et qu’il y a donc beaucoup de lumière que nous ne pouvons pas voir et beaucoup de sons auxquels notre oreille est sourde. Quant à la lumière, l’effet de ces vibrations plus ou moins élevées peut être facilement remarqué par les résultats donnés par les rayons actiniques à une extrémité du spectre et les rayons thermiques à l’autre.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *